Interview d'une jolie cavalière : Valentine, portrait d'une jeune championne

21:21

Quand on fait de l'équitation "classique" en centre équestre ou chez soi, on rencontre souvent le même type de personne et parfois, ça fait du bien de rencontrer une personne différente de nous. C'est ce que souhaite vous proposer en vous présentant différents portraits de cavalière.
 
Inspirante et inspirée, ces cavalières ont toutes une histoire, une expérience ou un parcours personnel/professionnel à partager.
 
Aujourd'hui, c'est Valentine Lenormand, cavalière, meneuse et voltigeuse qui se prête au jeu d'une petite interview.
Bonjour Valentine. Comment vas-tu?
Bien et toi ?
 
Si je ne me trompe pas, tu as 16 ans, tu es lycéenne et tu habites en Eure-et-Loir avec tes parents qui sont propriétaires d'une école d'attelage et d'un élevage de poneys, les écuries Mavrik.
Oui on a fait un élevage de poneys welsh dont je suis la propriétaire ,pour aider mes parents et valoriser la race. Nous avons acheté les poulinières déjà pleines, vu que nous venons de recommencer l'élevage cette année, à part une jument qui est pleine de l'entier qui fait parti de mon attelage.

Tu as déjà une carrière professionnelle alors? Il faut que je rajoute ça dans la liste de tes compétences : meneuse, cavalière, voltigeuse et éleveuse en plus d'être étudiante.

photo Equi'Capture - Célia Hernandez
 
Est-ce que tu peux me raconter ton parcours équestre jusqu'à aujourd'hui?
Je suis cavalière depuis petite. Pour l'attelage, être cavalière c'est un complément afin de travailler mes poneys d'une autre manière et trouver des solutions aux problèmes que je rencontre en attelage.

Lorsque je suis née mes parents avaient un centre équestre de vacances en Dordogne, donc j'ai tout de suite était plongée dans le monde du cheval. Mon père a connu l'attelage en groomant Michel Lecat, meneur en paire, puis en déménageant dans le Tarn-et-Garonne dans un centre équestre avec Benjamin Aillaud. Mon père a commencé à coacher l'attelage en compétition, ce qui m'a permis d'entrer dans la compétition à 6 ans en faisant les championnats de France à Lamotte-Beuvron. J'ai ensuite était 4 fois championne de France en club. Par la suite je suis allée en amateur, j'ai commencé en paire où j'ai été championne de France, ensuite je suis passée en team où j'ai était championne de France en 2015.
Revenons sur ta victoire aux championnats d'Europe. Tu as eu une préparation particulière pour les championnats?
Non pas forcément nous avons seulement eu un stage chez notre entraineur en équipe. Cela lui a permis de bien connaître notre attelage et établir une méthode de travail, nous avons pu aussi et surtout commencer a créer de liens entre parents, meneurs ect...
 
Si je comprends bien, l'ambiance a été très bonne entre tous les membres de l'équipe?
Oui il y a des parents qui tournaient en concours internationaux et qui nous ont dit que c'était le plus beau concours qu'ils avaient vécu et que les jeunes (nous) leurs avaient donné une bonne leçons de vie. Comme quoi ça ne servait à rien de se prendre la tête

Ce n'était pas ta première participation
J'ai aussi eu la chance de pouvoir participer aux championnats d'Europe junior solo en 2012, 2013 puis en paire en 2014 où j'ai eu la joie d'être championne d'Europe. Ces années-là il n'y avait pas de sélection ni d’entraîneur d'équipe de France.
En 2016 j'ai été bien plus fière d'y aller que les autres années, puisque j'ai été sélectionnée en paire avec 3 poneys welshs, Darky pour le marathon et la mania, Roy pour les 3 épreuves et Arthur pour le dressage.
Les sélections se sont faites à la suite d'un stage en décembre avec une vingtaine de meneurs qui ont ensuite fait ou non le choix de venir au concours de Chablis qui était un concours obligatoire afin que notre entraîneur Mickael Sellier se fasse une idée des différents niveaux de chacun. Une semaine après Chablis nous avons eu la liste des sélectionnés, j'ai eu la grande joie de voir mon nom sur cette liste, donc à partir de ce jour je me suis entraînée au mieux pour être la plus compétente possible le jour J. L'avantage d'avoir déjà participé à plusieurs championnats d'Europe est de savoir comment cela va se dérouler et surtout gérer le stress qui est multiplié par 2.

Tu parles de tes trois poneys, tu as envie d'en dire un peu plus sur eux? Leur caractère, ce qui te plait chez eux et leurs défauts aussi
Il y a Darky qui est mon poney " guerrier " car il fait le marathon et la maniabilité. Etant donné que je l'ai récupéré auprès une cavalière qui le montait en pelham il n'est pas très bon en dressage mais ça va venir. Il est super en vitesse, il part vite, revient vite et répond super bien à la voix, c'est génial!
Ensuite il y a Arthur qui est un entier que j'ai récupéré auprès d'un petit garçon qui le montait une fois par semaine. Ce poney est génial, je ne le prends que pour le dressage car il est très présentable et il allonge super bien. Par contre il a beaucoup de caractère et c'est un entier donc ce ,'est pas toujours facile facile, surtout pour les deux autres qui sont supers.
Puis il y a Roy avec qui je fais les 3 épreuves. Ce poney nous l'avons simplement échangé contre un de nos poulains. À l'époque il n'avait que 4 ans et on ne savait pas trop quoi en faire car au départ je voulais que des noirs. Mais finalement c'est presque lui le meilleur car il s'adapte à toute situation et donne tout ce qu'il a.
Tu participes au salon du cheval de cheval de Paris depuis plusieurs années maintenant dans le cadre de la Paris'Cup (concours indoor). Les indoor sont des compétitions particulières.
 Oui, j'ai participé à la paris cup du salon du cheval (édition 2016) et nous avons été 2ème par équipe et j'ai été 1 ère en individuel.
La paris cup est entre guillemet ce qui clôture vraiment la saison qui est à la fois très physique pour les poneys, amusant et plaisant pour nous car cela permet surtout aux poneys de découvrir une ambiance différente avec pleins de gens qui crient, la vitesse, la musique ect...
photo Equi'Capture - Célia Hernandez
Cette année tu t'es concentrée sur le travail avec tes poneys et l'année prochaine ça sera de même?
Cette année j'ai décidé d'arrêter le team car en paire je me fais super plaisir et avec les études il faut suivre. Je n'aurai plus que 3 poneys et non 5.

Quels vont être tes objectifs pour la saison de 2017?
J'ai été appelée pour participer au stage de sélection pour les championnats du monde seniors. Ce n'était pas forcément mon but, je ne pensais pas y être aussi tôt mais si on me l'a proposé c'est qu'on a confiance en moi et que la fédération croit en moi alors je vais faire de mon mieux. C'est devenu mon objectif.

Je ferais en parallèle de ça, m'a saison pour les championnats de France en amateur élite GP paire poneys.
 
C'est génial ! Comme quoi ton travail paye. Est-ce que tu as une méthode de travail ou une vision de l'équitation en particulier?
Non pas forcément, je travaille beaucoup mes poneys à pied. En pessoa, en longue guide, en liberté ou monté afin de régler déjà les problèmes à pied ou monté. Après les atteler, car pour tirer la voiture il faut les muscler.

Après en hiver je fais beaucoup de trotting en extérieur pour travailler la musculation ( des côtes que ce soit monté ou attelé).
Voilà, sinon je les travaille 2 a 3 fois par semaine tout dépend du travail que je dois mettre sur mes poneys.

Avec le gala de remise des récompenses à Paris, qui a été un peu la cerise sur le gâteau, vous êtes entrés dans la cour des grands par la grande porte! Vous vous êtes déjà donné rendez-vous pour les prochains championnats?
Mickaël a été très content de cette expérience avec nous alors il veut nous préparer dès maintenant. Étant donné que les championnats du monde et d'Europe sont tous les deux ans mais pas les mêmes années j'aimerai combiner les deux.
L'équipe des "jeunes" meneurs français
ça promet de nouvelles rencontrent, c'est bien aussi.
Oui oui de très belles rencontres!!
On a aussi fait de belles rencontres avec des gens étrangers avec qui on a gardé contact.
Et puis dans l'équipe on s'est vraiment tous rapprocher cette expérience a été que du positif.

La bonne ambiance se ressentait dans les photos que vous avez partagées.
J'aurai juste une dernière question : Qu'est-ce que tu as envie de dire à celles qui voudraient faire de la compétition à haut niveau comme toi?
Difficile comme question.. alors pour moi je préfère la compétition à haut niveau car on vit des choses exceptionnelles, on en ressort que avec des supers souvenirs, on va dans des pays qu'on a pas forcément la chance de pouvoir visiter... Je n'ai comme référence à haut niveau que les championnats d'Europe mais j'en suis super contente j'ai envie de revivre ça encore et encore.
 
Un conseil pour y arriver?
Toujours persévérer malgré quelque coup de mou et/ou des périodes ou les poneys sont pas comme on veut. Il faut accepter de ressortir d'une séance ou rien n'a été.
 
Accepter que ça ne se passe pas comme on le veut, pas toujours facile mais très sage comme conseil. Merci encore pour avoir répondu à mes questions et m'avoir accordé pas mal de ton temps.
Exactement!
Écoute c'était avec plaisir, si cela peut permettre aux gens de connaître cette magnifique discipline qu'est l'attelage et leur donner envie de venir voir, c'est avec plaisir.
Le podium avec les membres de l'équipe de France, Quentin Simonet et Mickaël Sellier.
Un petit mot pour la fin?
J'aimerai remercier vraiment du fond du cœur Mickael Sellier, notre entraineur, qui s'est donné à fond pour nous et qui nous a permis de passer tous et toutes une semaine inoubliable et qui nous a tous rapprochés et soudés. Nous avons eu un gala a Paris avec tous les champions olympiques et champions du monde et d'Europe.
Et bien sur mes parents qui donnent absolument tout pour moi, pour que je sois heureuse et même si je ne les remercie pas assez je les remercie à travers les victoires et les bons moments de concours.
http://www.equidia.fr/salonducheval/replay-attelage-amateur-elite-du-dimanche-4-decembre/
Valentine et son père, tout sourire à la Paris'Cup
photo Equi'Capture - Célia Hernandez
 Pour revoir la performance de Valentine à la Paris'Cup, cliquez sur la photo ci-dessus
 
 

Vous aimerez aussi

0 commentaires

Subscribe